Comment augmenter son nombre de véhicules VTC ?

BVTC ACADEMIE

L’entrepreneuriat constitue la meilleure solution pour vite obtenir une liberté financière. En effet, le développement sur le plan des finances, des ressources matérielles, des ressources humaines, etc. s’inscrit dans la devise de toute entreprise. Pour atteindre cet objectif, il devient indispensable de mener des réflexions et des actions adéquates. De nos jours, le métier de VTC connaît une expansion remarquable. Cela résulte du grand intérêt des particuliers ou professionnels au domaine. Par ailleurs, il ne suffit pas de créer une entreprise de VTC pour émerger. En outre, plusieurs paramètres doivent figurer dans votre équation exponentielle. Par ailleurs, un seul véhicule VTC ne pourra pas vous permettre d’accroître vos rendements escomptés. À cet effet, il vous faut mieux entreprendre et investir. Dans ce présent article, nous vous disons l’essentiel sur la gestion d’une entreprise de VTC, les techniques ou moyens d’investir dans cette activité pour une bonne rentabilité.

Véhicule VTC : Un aperçu sur le métier

En France, le code des transports (article L3122-1) définit le chauffeur VTC comme : « un exploitant qui met à disposition de sa clientèle une ou plusieurs voitures de transport avec chauffeur sur des conditions fixées au préalable entre sa clientèle et lui ». Un véhicule VTC ne peut contenir au-delà de neuf (9) places. En réalité, le métier de VTC diffère des métiers de transport de personnes telles que le taxi, le LOTI, etc. Il s’agit d’un métier où le chauffeur VTC travaille sur réservation faite par la clientèle. En effet, le chauffeur VTC prend un client d’un endroit X, pour une destination Y. Cela signifie qu’il ne peut pas s’arrêter et prendre un client à l’instar d’un chauffeur taxi en lieu public. En outre, le métier de VTC requiert des aptitudes ou qualités indispensables au chauffeur. Le chauffeur VTC ne doit pas accuser de retard pour une réservation et doit faire preuve de professionnalisme.

bvtc conseil

Par ailleurs, le chauffeur VTC doit épouser un bon style vestimentaire, se soigner et si possible utiliser de bons déodorants ou parfums. Il doit plaire à sa clientèle, offrir un visage agréable, et souriant. Le chauffeur VTC doit faire preuve de politesse, aider sa clientèle dans le port de ses bagages, à ouvrir/fermer la portière. En réalité, transporter une vie humaine constitue une grande responsabilité. Pour cela, le chauffeur VTC doit adopter une bonne conduite, rester concentré, rigoureux afin d’assurer la sécurité de sa clientèle.

Véhicule VTC : Comment optimiser ses revenus en VTC  ?

En effet, le métier de VTC reste un domaine particulier qui demande de l’expérience professionnelle. Afin d’acquérir cette expérience, il vous faut commencer en tant que chauffeur. Cela vous permet de cerner les enjeux du métier et ses spécificités. Lorsque vous passez cette étape, vous pouvez recruter alors de nouveaux chauffeurs puis changer votre statut en gestionnaire. De fait, vous prenez le contrôle de votre société pour gérer son développement.

La gestion du financement en VTC

Lorsque vous créez votre société de VTC, le financement reste le premier besoin indispensable pour le démarrage de vos activités. À cet effet, vous recourez à une structure financière comme la banque, afin de soumettre votre dossier. En effet, nous vous recommandons de penser à demander du financement pour un véhicule VTC qui coûte environ vingt mille (20 000) euros, plutôt qu’un véhicule dont le prix avoisine cinquante mille (50 000) euros. Cette stratégie vous permet de posséder un véhicule dont le paiement mensuel vous revient à deux cents (200) ou trois cents (300) euros le mois. Ainsi, vous pouvez vite rentabiliser et solder vos dettes. Cela est encore mieux qu’un chauffeur qui loue un véhicule VTC pour payer des frais de location à hauteur de mille cinq cents (1500) euros le mois, avec un kilométrage limité.

En outre, vous pouvez aussi collaborer avec des organismes financiers pour prendre en charge le paiement d’une partie ou de la totalité des salaires de vos chauffeurs. Cette technique vous permet de vous libérer du stress des mensualités salariales, et de vous concentrer sur la rentabilité et la croissance de votre entreprise. Par ailleurs, un chauffeur à plein temps peut vous rapporter en moyenne cinq mille (5000) euros par mois. Au bout de cinq (5) mois, vous pouvez acheter un deuxième véhicule VTC grâce à votre capacité d’autofinancement et recruter un nouveau chauffeur. Ainsi, vous vous retrouvez avec un rendement de dix mille (10 000) euros par mois pour les deux chauffeurs. En deux (2) mois, vous pouvez rentabiliser quinze mille (15 000) euros. Cela peut vous permettre d’acheter une troisième voiture.

En effet, lorsque vous présentez votre rapport de rendement sur les cinq (5) derniers mois à la banque, elle peut vous accompagner dans l’achat de votre quatrième véhicule.

La gestion de votre flotte automobile

Le parc automobile d’une société doit suivre une gestion rigoureuse afin de maintenir le bon état des véhicules. En effet, vous devez observer les conseils suivants :

  • effectuer un scannage automobile mensuel aux véhicules, afin de détecter les éventuelles pannes et les réparer ;
  • éviter les accidents. Ce qui augmente, la durée de vie du véhicule ;
  • éviter le retard, et réduire le temps d’attente ;
  • faire des économies de carburant ;
  • observer le style de conduite des chauffeurs, en installant un boîtier télématique dans vos véhicules, afin d’optimiser leurs comportements ;
  • contrôler le kilométrage de vos véhicules ;
  • optimiser la durée des trajets ;
  • éviter le vol des véhicules ;
  • identifier les voitures avant qu’elles ne réalisent une mission donnée à n’importe quel moment ;
  • calculer le TCO (Total Cost of Ownership) pour apprécier l’évolution de votre flotte automobile afin de l’optimiser ;
  • utiliser un outil professionnel d’analyse et de gestion de parc automobile.

En effet, vous pouvez recruter deux chauffeurs différents pour un même véhicule VTC. Par ailleurs, vous devez définir un programme d’échange pour chacun. Le premier chauffeur peut travailler le jour, et le second la nuit. En outre, vous devez enregistrer le véhicule au nom du chauffeur qui vous inspire plus la confiance. Aussi, pensez à souscrire à une assurance afin de garantir le véhicule de tout vol.

Véhicule VTC : Quel statut juridique choisir ?

Il existe deux types de statuts juridiques pour créer son entreprise de VTC. Nous disposons de l’autoentreprise, encore désignée microentreprise, et la société VTC sous régime EURL ou SASU.

La microentreprise VTC

En effet, plusieurs personnes après la formation VTC et la validation de l’examen VTC optent pour la création d’une microentreprise. La création d’une entreprise sous le statut d’autoentrepreneur sur le plan administratif requiert moins de formalités. Par ailleurs, la demande du registre VTC se fait en ligne. La microentreprise fonctionne de façon relative. En outre, lorsque vous ne réalisez aucun chiffre d’affaires, vous ne payez pas d’impôt. Aussi, votre cotisation sociale se réduit grâce à l’ACRE (aide à la création d’entreprises). En réalité, ce type d’entreprise convient à ceux qui souhaitent se lancer dans l’aventure pour tester le métier. Il convient aussi au chauffeur occasionnel. Cependant, lorsque vos activités évoluent bien et vous vous développez, le statut de microentreprise ne vous avantage point. En effet, il faut noter que le chiffre d’affaires annuel fixé pour la microentreprise correspond à soixante-dix mille (70 000) euros.

Par ailleurs, cette contrainte sur le chiffre d’affaires ne vous avantage point. Aussi, le calcul des taxes se fait sur la base de votre chiffre d’affaires réalisé. Cela signifie que vous ne possédez pas une comptabilité bien assise afin d’évaluer votre rendement et déduire vos actifs et passifs. Ce mode de fonctionnement ne vous profite pas lorsque vous n’exercez que le métier de VTC. En dehors de tout ce qui précède, l’autoentrepreneur ne récupère pas la taxe sur valeur ajoutée (TVA). Ce fait peut le pénaliser lorsqu’il doit effectuer des investissements ou dépenses importantes. Néanmoins, vous pouvez bénéficier d’une franchise de TVA jusqu’à un seuil donné. En somme, nous pouvons retenir que le statut juridique de microentreprise ne profite qu’à un particulier qui met le métier VTC en seconde option.

La société VTC

La création d’une société constitue l’idée adéquate lorsque vous réalisez que vos activités se développent, et que vous sentez le besoin :

  • d’accroître votre investissement ;
  • d’acheter d’autres véhicules VTC;
  • d’embaucher des chauffeurs…

Par ailleurs, peu importe le nombre d’associés ou de chauffeurs, une seule inscription au registre des VTC suffit pour la société. La société VTC fonctionne comme toute entreprise normale. Elle dispose d’une comptabilité stable, gère ses activités en toute aisance, et sans contrainte. En effet, le patrimoine personnel se distingue du patrimoine professionnel, ce qui ne représente pas le cas d’une microentreprise VTC.

Par ailleurs, la régularité de la comptabilité permet d’analyser les données, et d’établir un bilan comptable et financier rigoureux. Grâce à ce dernier, vous pouvez en tant que dirigeant de votre société demander du financement auprès d’une structure bancaire. Le chiffre d’affaires d’une société VTC reste non limité. Vous pouvez donc travailler autant que vous pouvez et réaliser des chiffres d’affaires élevés. En réalité, il existe deux types de sociétés VTC. Nous distinguons :

  • L’EURL

Il s’agit d’une forme de société VTC dont le gérant perçoit une rémunération nette. En effet, le gérant d’une société EURL s’inscrit à la Sécurité sociale des indépendants en tant que travailleur non-salarié. Il paye donc moins de cotisations sociales et bénéficie ainsi d’un salaire intéressant.

  • Le SASU

Il s’agit d’une forme de société VTC dont le gérant s’inscrit au régime général de la Sécurité sociale. Ainsi, il paye ses cotisations et bénéficie des mêmes protections qu’un salarié. En outre, le SASU présente une grande souplesse dans la rédaction des statuts et dans l’organisation de la direction de la société.

Véhicule VTC : Les avantages et inconvénients du métier

La création d’une entreprise constitue une prise de risque dont l’entrepreneur fait montre. En effet, le métier de VTC présente de nombreux avantages et inconvénients. Nous vous parlons dans la suite de quelques avantages du métier de VTC, et ensuite de ses difficultés.

Quelques avantages du métier de VTC

Parmi les avantages que le VTC offre, nous pouvons noter :

  • L’auto-emploi et l’insertion professionnelle ;
  • Vous devenez votre propre patron et vous ne recevez aucun ordre d’un supérieur ;
  • L’autonomie financière : vous gagnez de l’argent de votre propre sueur ;
  • Une liberté financière : vous pouvez personnaliser votre budget financier et limiter vos revenus journaliers, mensuels ou annuels à un montant fixé ;
  • Les relations : en tant que chauffeur VTC, vous rencontrez de nouvelles personnes chaque jour. Cela vous permet de remplir votre carnet d’adresses ;
  • Une liberté géographique et temporelle : en tant que chauffeur, vous travaillez selon l’horaire qui vous convient, et vous pouvez vous rendre n’importe où selon votre programme.

Quelques inconvénients du métier de VTC

À part les avantages que présente le VTC, nous notons aussi des inconvénients.

  • Le manque de temps pour sa famille : en tant que chauffeur VTC, vous pouvez travailler à des heures tardives, ce qui vous prive de votre famille ;
  • La déconnexion de certaines applications : certaines applications possèdent des principes très stricts. Dès que votre chauffeur enfreint à l’un des principes, vous pouvez vous retrouver déconnecté de la plateforme pendant un bon moment. Cela agit sur votre chiffre d’affaires et affecte les rendements de la société ;
  • Se retrouver avec un faible revenu à la fin du mois, après le règlement de vos charges (taxes, frais d’assurance, frais de location, etc.).

Pour conclure

Toute entreprise qui naît ne souhaite que prospérer. Dans cette optique, tous les efforts s’effectuent afin d’obtenir gain de cause. En effet, une société doit posséder une comptabilité rigoureuse et stable. Cela permet aux dirigeants d’apprécier l’évolution des activités, afin de prendre des décisions selon les résultats obtenus et perspectives ciblées. Le métier de VTC requiert une gestion stricte :

  • du temps ;
  • des honoraires ;
  • de vos chauffeurs au cas échéant ;
  • des dépenses ou charges liées au véhicule.

Le début de toute activité demande assez de sacrifices, de concentration et de rigueur en soi même. Dès que vous prenez de l’envol, et que la situation de votre société devient très équilibrée, vous pouvez alors penser à augmenter votre capital d’investissement. L’achat de nouveaux véhicules VTC vous permet non seulement de créer de nouveaux emplois, mais aussi d’accroître le rendement de votre société VTC.

BVTC ACADEMIE